Speeches

AMBASSADEUR ALBERT R. RAMDIN
DISCOURS DE L’AMBASSADEUR ALBERT R. RAMDIN À L’OCCASION DE SON ÉLECTION AU POSTE DE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ADJOINT DE L’ORGANISATION DES ÉTATS AMÉRICAINS AU COURS DE LA 35E SESSION ORDINAIRE DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ORGANISATION DES ÉTATS AMÉRICAINS

7 juin 2005 - FORT LAUDERDALE, ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE


Monsieur le Président, l’Honorable Ministre des affaires étrangères de Saint-Kitts-et-Nevis,
Leurs Excellences les Honorables Ministres des affaires étrangères,
Distingués Chefs de délégation,
Distingué Secrétaire général, M. José Miguel Insulza,
Distingué Secrétaire général adjoint, Ambassadeur Luigi Einaudi,
Distingués Représentants permanents,
Distingués Observateurs permanents,
Distingués Représentants d’organisations internationales et régionales,
Distingués Représentants suppléants et délégués,
Distingués Représentants d’organisations de la société civile,
Employés de l’OEA,
Représentants des médias,
Invités spéciaux,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

Merci, Monsieur le Ministre des affaires étrangères de Saint-Kitts-et-Nevis et Président de cette Assemblée générale, de votre aimable présentation.

Je remercie également toutes les délégations qui m’ont félicité à l’occasion de mon élection à ce poste. Je prends bonne note de vos conseils, et soyez assurés que je serai guidé par les perspectives exprimées par les États membres.

Mesdames et Messieurs,

C’est avec grande humilité que j’accepte l’honneur que vous me faites aujourd’hui en m’élisant huitième Secrétaire général adjoint de l’Organisation des États Américains. J’accepte en honneur de mes parents, qui m’ont enseigné des leçons importantes: travailler avec acharnement et y mettre tout mon cœur, faire preuve d’équité et de justice, et surtout agir avec honnêteté et intégrité.

C’est un honneur non seulement pour moi et pour ma famille, mais aussi pour le Gouvernement et le peuple de la République du Suriname, et pour la Communauté des Caraïbes tout entière (CARICOM), dont j’étais le candidat.

Je saisis cette occasion pour remercier sincèrement le Président de la République du Suriname, Son Excellence Ronald Runaldo Venetiaan, et la Ministre des affaires étrangères du Suriname, Son Excellence Maria Elizabeth Levens, pour leur soutien indéfectible et les efforts qu’ils ont déployés au cours des dix-huit derniers mois, et je désire leur exprimer toute ma reconnaissance.

Je désire également faire part de ma profonde reconnaissance envers les chefs de gouvernement de la Communauté des Caraïbes et les ministres des affaires étrangères qui ont eu assez confiance en moi pour renouveler l’appui de la Communauté à ma candidature, de même que les gouvernements qui ont fait campagne activement en ma faveur.

J’aimerais aussi remercier ceux d’entre mes collègues qui ont aidé par leurs conseils techniques et politiques et qui m’ont apporté leur soutien.

Enfin, mais tout aussi important, je désire exprimer mes sincères remerciements à ma douce moitié, mon épouse Charmaine ainsi qu’à mes filles, qui m’ont soutenu tout au long de cette campagne.

Monsieur le Président,
Distingués Ministres et Chefs de délégation,

Mon élection à ce poste transcende les préoccupations purement nationales ou régionales. Je suis aujourd’hui Secrétaire général adjoint élu pour tous les pays de notre organisation et j’ai bien l’intention de vous remercier de votre confiance en moi en faisant de mon mieux pour rendre l’OEA plus forte et plus à même de répondre aux souhaits et aux besoins de tous ses membres.

J’offre mes meilleurs vœux à Monsieur Ernesto Leal, le candidat nicaraguayen, qui s’est joint à moi dans la course pour l’élection au poste de Secrétaire général adjoint.

Monsieur Leal, nous savons combien vous êtes qualifié et nous connaissons votre expérience en matière de questions interaméricaines. Vous avez vraiment été un candidat redoutable et je vous remercie de m’avoir forcé à me tenir sur le qui-vive, ainsi que le personnel qui a fait campagne pour moi.

Je désire également exprimer ma sincère appréciation au Ministre des affaires étrangères du Paraguay, Son Excellence Leila Rachid, dont la candidature a été présentée au début de la campagne, et qui s’est retirée de la course étant données les circonstances.

Je remercie la Ministre Leila Rachid de son intérêt ainsi que de sa solidarité avec moi, avec le Suriname et avec la Communauté des Caraïbes.
Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,

En sa qualité de principale tribune dans le Continent américain pour le dialogue politique et la coopération, l’OEA doit maintenant souligner sa pertinence en établissant un agenda tourné vers l’avenir qui réponde aux réalités changeantes dans les domaines politique, social, économique et de la sécurité dans les diverses sous-régions des Amériques et dans le monde.

Pour les pays des Amériques, l’OEA constitue une tribune commune remarquable pour régler des différends et établir des objectifs communs en faveur de la promotion de la démocratie, du respect de l’État de droit, de la justice sociale et du développement économique.

À mon avis, l’OEA ne remplira vraiment son rôle sur le Continent américain qu’avec la participation active de tous ses membres. Ce rôle doit commencer par un engagement ferme à aider les États à conserver la démocratie et la bonne gouvernance, à faire respecter les droits de la personne, promouvoir la justice et l’égalité sociales, bâtir des économies durables et réduire la pauvreté. En un mot, la reconnaissance de la nature multidimensionnelle de la sécurité et du développement.

Nous avons besoin d’une approche inclusive qui créera le soutien nécessaire par le truchement de partenariats plus forts. L’OEA dispose selon moi de nombreux instruments pour s’engager dans ce processus de renforcement de la paix, le principal étant la Charte démocratique interaméricaine.

En renforçant une culture de coopération, de communication et de transparence, mise en place de façon très compétente par le Secrétaire général adjoint actuel Einaudi, et en maximisant une utilisation efficace de la capacité et des ressources de l’Organisation, nous créerons un sentiment d’appartenance à tous les niveaux au sein de l’OEA. Je crois qu’il s’agit là d’une exigence fondamentale, si l’on veut que l’Organisation donne son plein rendement.

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,

J’ai l’intention de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour faire respecter les principes de notre Charte constitutive et pour accroître l’efficacité et la pertinence du Système interaméricain. Par un processus ciblé de modernisation et de restructuration accompagné de mesures visant à accroître l’efficacité, nous améliorerons notre capacité à offrir des services ainsi que les fonctions politiques de l’OEA, et l’on s’attend à ce que les États membres prennent, tôt ou tard, une ferme décision relativement aux niveaux appropriés de financement.

L’OEA doit poursuivre le bon travail qu’elle accomplit en matière de lutte contre le trafic illégal des drogues et contre la criminalité transnationale, de promotion de la transparence ainsi que dans la poursuite de la lutte contre la corruption, pour contrer les effets du VIH/Sida en collaboration avec l’Organisation panaméricaine de la santé, de même que dans la promotion de mesures préventives visant à réduire l’incidence des catastrophes naturelles.

Tous ces défis ne peuvent être relevés et toutes ces intentions ne peuvent être réalisées par l’OEA toute seule. La responsabilité et les exigences dépassent clairement nos moyens financiers et institutionnels.

Par conséquent, je suis particulièrement intéressé à rendre plus étroites les relations entre les institutions interaméricaines et à étendre la collaboration entre elles, et j’appuie donc fortement l’appel lancé par monsieur Insulza en faveur d’une intensification du processus de consultation entre les institutions régionales et sous-régionales et les institutions spécialisées. Cela fournira notamment une tribune importante pour la mise en œuvre des mandats émanés des Sommets des Amériques, avec une beaucoup plus grande coordination.

Je demande également une plus grande collaboration avec des gouvernements et des organisations de l’extérieur du Continent américain ainsi qu’une intensification de la vulgarisation.

Monsieur le Secrétaire général José Miguel Insulza, je vous félicite de votre récente élection à la tête de cette organisation et je me sens privilégié de faire partie de cette équipe. Je vous remercie de la confiance que vous m’accordez et je vous suis reconnaissant d’être disposé à m’accepter dans votre équipe en ce moment critique de l’évolution de notre organisation. Vous avez déjà énoncé des idées et des objectifs importants. Je partage votre vision et je me réjouis à l’avance de travailler avec vous, en équipe, pendant les cinq prochaines années pour faire progresser notre agenda continental commun.

Il y a deux jours, durant la cérémonie d’ouverture de cette 35e Assemblée générale ordinaire, nous avons entendu le Secrétaire général adjoint actuel établir les paramètres du multilatéralisme et d’une application réussie de celui-ci à l’OEA. Nous – je – prenons bonne note de ces observations si importantes si l’on veut que l’organisation continentale qu’est l’OEA soit pertinente pour ses membres.

Permettez-moi d’exprimer officiellement ma sincère et profonde appréciation pour l’énorme travail réalisé par l’Ambassadeur Luigi Einaudi, tant à titre de Secrétaire général adjoint que de Secrétaire général par intérim à un moment particulièrement difficile pour l’OEA.

J’apprécie grandement le travail que vous avez fait au cours des derniers mois, à partir duquel nous pouvons maintenant poursuivre notre tâche.

J’ai été privilégié de travailler avec vous et j’ai pu constater personnellement votre dévouement et votre loyauté à l’égard de l’OEA et des peuples des Amériques. J’ai beaucoup appris à travailler avec vous et je vous remercie de vos sages conseils et de votre disposition à partager avec moi votre vaste expérience et vos grandes connaissances. Nous resterons en contact et je vous souhaite, ainsi qu’à Carol, un avenir heureux.

Permettez-moi aussi de rendre hommage à d’anciens Secrétaires généraux adjoints, qui ont eux aussi fait leur marque et se sont montrés à la hauteur de la situation, qui ont fait preuve de leadership et ont renforcé la communauté interaméricaine. À cet égard, je désire tout particulièrement rendre hommage à mes prédécesseurs de la Caraïbe, l’Ambassadeur Val T. McComie de la Barbade et l’Ambassadeur Christopher Thomas de Trinité-et-Tobago, de leur excellent service à l’OEA.

Je désire également inclure dans mes remerciements un groupe souvent oublié, les employés de l’Organisation, qui ont fait un excellent travail au cours des années passées, souvent dans des circonstances difficiles. Nous avons de bons employés à l’OEA, et je me réjouis d’avance à l’idée de travailler avec eux au cours des cinq prochaines années pour renforcer l’OEA et produire des résultats plus importants et de meilleure qualité dans les meilleurs délais.

Monsieur le Président,
Distingués Ministres des affaires étrangères,
Mesdames et Messieurs,

Je suis prêt à relever le défi qui consiste à servir notre organisation continentale et je m’engage à servir le Continent américain ainsi que tous les membres de l’OEA au meilleur de mes capacités.

Ministres et Chefs de délégation, je vous remercie encore de votre confiance ainsi que du grand honneur que vous m’avez fait.

Muchas gracias. Muito obrigado. Merci beaucoup. Thank you.