Centre de médias

 

Semaine interaméricaine des peuples autochtones #IndigenousPeoples

En juin 2016, à l’issue de 17 années de négociation, l’Assemblée générale de l’OEA a adopté la Déclaration américaine sur les droits des peuples autochtones. Cette étape historique a réaffirmé l'engagement des États membres de l'OEA à reconnaître, promouvoir et protéger les droits fondamentaux de plus de 70 millions de peuples autochtones dans le continent américain.

La Déclaration américaine comprend des dispositions qui traitent de la situation particulière des peuples autochtones des Amériques et affirme leur droit fondamental à l'autodétermination, à l'éducation, aux soins de santé, à l'autonomie gouvernementale, aux pratiques culturelles, aux terres, aux territoires et aux ressources naturelles, ainsi qu'à l'égalité des sexes pour les femmes autochtones, entre autres droits fondamentaux.

En 2017, l'Assemblée générale a adopté le Plan d'action pour la mise en œuvre de la Déclaration américaine sur les droits des peuples autochtones (2017-2021), et en 2018, le Conseil permanent a adopté une Résolution établissant la Semaine interaméricaine des peuples autochtones qui vise à promouvoir les traditions, les langues, l'histoire et les contributions sociétales des peuples autochtones des Amériques. Depuis lors, l’OEA célèbre cette semaine vers le 9 août pour coïncider avec la commémoration de la Journée internationale des peuples autochtones le 9 août.

Dans cette optique, l'OEA souligne l'influence des peuples autochtones dans le façonnement de nos sociétés en dressant le profil de personnalités historiques qui ont excellé dans leur contribution nationale ou continentale aux arts et à la culture, aux sports, à la politique, aux droits de la personne et à la science ou qui, par leur travail, ont apporté une contribution importante à leur nation ou à leur région.

 


Luis Almagro
Secrétaire général de l’OEA


Nestor Mendez
Secrétaire général adjoint de l’OEA

 

 

 

OAS Celebrated Inter-American Week for Indigenous Peoples

 

 

 

Marcelo Augusto Xavier da Silva, Président de la Fondation Nationale de l'Indien (FUNAI)

Brésil

 

Nora Trinidad Aravena

Lieu de naissance : Carmen de Patagones, Province de Buenos Aires (Argentine)
Date de naissance :
12 novembre 1968

Nora Trinidad Aravena

Nora Trinidad Aravena est une avocate argentine de la communauté Mapuche Monguel Mamuell, qui a contribué à renforcer les conseils prodigués à plusieurs organisations autochtones du pays en organisant des ateliers dans les provinces de Tucumán, Santa Fe, Salta, Jujuy, Córdoba et Río Negro.

Elle est conseillère juridique du Conseil pour le développement des communautés autochtones (Co.De.C.I) et a participé à plusieurs congrès sur le sujet, dont le Forum-Tables rondes : Législation et politique, une synthèse de la législation nationale et provinciale et de l'état actuel des territoires communautaires, du droit à la propriété communautaire et de l'accès à la justice, à l'éducation, au logement et à la santé.

Elle a également été boursière du programme FILAC-201 : « Diplôme universitaire d'expert en peuples autochtones, droits de la personne et coopération internationale », ainsi que boursière en 2009 du programme de l’OEA « Les droits des peuples autochtones dans le système interaméricain ».  

 

 

 

TĂ©moignage de Julia Ipushima

Citoyen du Peuple Kukama Kukamiria - PĂ©rou

 

 

 

TĂ©moignage de Gregoria Mariona

Citoyen du Peuple Quechua-PĂ©rou

 

 

 

TĂ©moignage d'Antonio Sueyo

Sage indigène du peuple Harakbut - Pérou

 

 

 

TĂ©moignage d'Elva Sejekam

Citoyen du Peuple Awajún – Pérou

 

 

 

Azelene Inácio, Autochtones brésilien du groupe éthnique Kaingang

Brésil

 

 

 

Edson de Oliveira Santos, Autochtones brésilien du groupe éthnique Bakairi

Brésil

 

 

 

Felisberto Cupudunepá, Autochtones brésilien du groupe éthnique Umutina

Brésil

 

Foster Simon

Lieu de naissance : St. Cuthbert's Mission, Guyana
Date de naissance :
6 mai 1953

Foster Simon

Foster Simon a toujours aimé travailler avec ses mains. Il a le pedigree, la patience et la passion pour créer de l'art avec tout ce qu'il touche.

Le fait d'avoir grandi dans une famille nombreuse et tournée vers la culture a également influencé Simon. Ses grands-parents ont veillé à ce qu'il connaisse l'histoire de la communauté et ont conservé un sentiment de fierté à l'égard de leur langue arawak.

Ainsi, lorsque Foster a décidé de sculpter, il avait suffisamment d'inspiration pour découvrir de belles pièces. Dès son plus jeune âge, il a eu une passion pour l'art. Avec l'aide de l'artiste bien connu George Simon, il se rend à la Burrowes School of Art de Georgetown, où il est encore plus inspiré.

Bien qu'il apprécie les peintures, c’est la sculpture qui attire son attention. Foster a excellé et, au fil du temps, il est devenu très connu dans ce domaine. Ses sculptures étaient complexes et minutieuses. Il affirme s'être inspiré de ses ancêtres, de la forêt, des créatures de la forêt et des mythes et légendes de sa culture.

Foster appartient au mouvement d'artistes Lokono. Parmi ses pièces, l'une se trouve au palais du gouvernement bolivien et une autre au siège de l'ONU à Genève.  Il a également réalisé un mini totem pour la célébration du 50e anniversaire de l'indépendance du Guyana.

 

Stephen Campbell

Lieu de naissance : Moruca (Guyana)
Date de naissance :
26 décembre 1897

Stephen Campbell

Stephen Campbell était un politicien et un activiste politique arawakan guyanais, et le premier membre amérindien du Parlement dans l'histoire du Guyana.

En 1957, il est officiellement intronisé dans la vie politique nationale. Il rejoint le National Labor Front (NLF) et, lors des élections générales de cette année-là, il est le seul homme à obtenir un siège remporté par le NLF. Il a prêté serment le 10 septembre 1957. C'est à partir de ce jour que la défense des droits des Amérindiens a commencé.

À ses débuts en tant que législateur, M. Campbell a souligné la nécessité d'améliorer les transports dans les régions intérieures éloignées, d'accroître la production agricole et de développer la sécurité foncière. Il a insisté sur le développement de l'éducation et a également joué un rôle central dans le développement d'installations sanitaires améliorées dans la première région (1).

Aujourd'hui, le Guyana est témoin de la poursuite et de l'intensification de l'exécution du travail et de la contribution de M. Campbell pendant son mandat politique par le gouvernement du Guyana. Les Amérindiens peuvent désormais accéder aux soins de santé primaires et à l'éducation, aux infrastructures routières et à la représentation aux niveaux local, régional, national et international. Des bourses d'études sont accordées chaque année pour aider les étudiants des régions éloignées.

 

 

 

Association des femmes autochtones Cabécar Kábata Konana (Protectrices de la forêt et de la montagne)

Costa Rica

 

Gaudencio Mejía Morales

Lieu de naissance : Communauté de Potoichán, municipalité de Copanatoyac, Guerrero (Mexique)
Date de naissance :
19 juin 1964.

Gaudencio MejĂ­a Morales

Gaudencio Mejía Morales était un avocat mixtèque engagé dans la défense des droits despeuples autochtones.

Le parcours de ce combattant social exemplaire comprend son travail dans le groupe de conseillers pour les Dialogues de San Andrés entre le gouvernement mexicain et l'EZLN ; en tant qu'observateur des droits de l'homme pour la Mission des Nations Unies pour la paix au Guatemala (1996-2001) ; ainsi que sa collaboration au projet de renforcement et de formation du Bureau du Défenseur du peuple en Équateur (2001-2002). Cela s'ajoute à un grand nombre de forums, d'ateliers et de symposiums internationaux où il a défendu la lutte et la résistance des peuples autochtones.

Il a été le fondateur du Conseil Guerrero 500 ans de résistance autochtone, noire et populaire, de l'ANIPA et, avant sa mort, il était le directeur de la station de radio autochtone « La Voz de la Montaña ».

« Plus jamais un Mexique sans peuples autochtones » est une partie de l'héritage de Gaudencio qui sera toujours gardé vivant.

 

Martha Sánchez Néstor

Lieu de naissance : municipalité de Xochistlahuaca, Guerrero (Mexique)
Date de naissance :
4 février 1974

Martha Sánchez Néstor

Martha Sánchez Néstor était un leader autochtone Amuzga ; elle a défendu la cause des droits de la personne, des peuples autochtones et des personnes d’ascendance africaine, des femmes et des filles autochtones et a milité pour eux.

En 1998, elle a fondé la Commission des femmes au sein du Conseil de Guerrero ; en 2001, elle a promu l'approbation de la loi sur les droits et la culture autochtones au niveau constitutionnel ; elle a été la fondatrice du Conseil de la Nation Amuzga  « Ñe' cwii ñ'oom » et de la Coopérative de tisserandes « Flores de la Tierra Amuzga » (Fleurs de la Terre Amuzga). Elle a présidé l'Assemblée nationale autochtone plurale pour l’autonomie et le Réseau des femmes autochtones d’Amérique centrale et du Mexique.

En 2011, elle a reçu le prix Women Deliver, décerné aux 100 femmes les plus engagées pour la question de genre et, en 2016, le magazine Forbes Mexico l'a incluse dans sa liste des 100 femmes les plus puissantes du pays.

Grâce à son leadership naturel, Martha Sanchez a laissé un héritage de travail et d'inspiration, une construction d'alliances qui perdurera dans la vie des hommes, des femmes et des filles autochtones.

 

Cacique Diriangen

Lieu de naissance : Nicaragua
Date de naissance :
1497

Cacique Diriangen

Tapaligüe ou « capitaine de guerre », Grand Seigneur des Dirianes, adversaire des envahisseurs européens, considéré comme le premier chef amérindien ayant affronté les Espagnols sur le territoire de l'actuel Nicaragua.

« Homme des hauteurs » : DIRIANGEN. Formé aux arts de la guerre, il a atteint dès son plus jeune âge le rang d'homme guerrier, courageux et victorieux dans de nombreuses batailles.

En 1523, il participe à une cérémonie de réception de Gil González de Ávila avec un somptueux cortège composé de cinq trompettes, de 500 hommes portant chacun une dinde, de dix-sept jeunes femmes couvertes de patènes dorées et portant des haches en or. Il n'a pas accepté le baptême qui lui a été proposé. Il a attaqué les envahisseurs, ce qui est considéré comme la première manifestation de rébellion contre la colonisation.

Il s'est immolé sur une falaise près du volcan Casita, et après avoir été poursuivi par les Espagnols, il s'est jeté dans la tanière d'un jaguar avant que les envahisseurs ne prennent son corps comme trophée.

Il représente la rébellion, la résistance et le courage du peuple nicaraguayen.

 

Jennifer Cassar

Lieu de naissance : Arima (Trinité-et-Tobago)
Date de naissance :
4 août 1951

Jennifer Cassar

La regrettée Jennifer Cassar était une descendante d'ascendance caribéenne à part entière, qui a occupé le poste de reine caribéenne de 2011 à 2018. La reine caribéenne est un personnage titulaire dont le rôle principal est de superviser tous les préparatifs du festival de Santa Rosa, une fête annuelle dont les origines remontent aux Premiers Peuples et aux traditions catholiques de Trinité-et-Tobago. La reine est une matrone âgée et joue le premier rôle dans sa communauté ; elle est élue pour sa connaissance des coutumes et des rituels caribéens et pour sa capacité à transmettre ces connaissances.

Mme Cassar était également membre, et secrétaire adjointe, de la communauté caribéenne Santa Rosa First Peoples. En avril 2009, elle a représenté le groupe au 3e Sommet des dirigeants autochtones des Amériques, à Panama City, au Panama et, en décembre de la même année, elle a participé à un séminaire sur la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones des Caraïbes, qui s'est tenu à Port of Spain, à Trinité.

Militante culturelle et membre du comité du projet amérindien de Trinité-et-Tobago, Mme Cassar s'est engagée à favoriser l'épanouissement d'une communauté autochtone unie en encourageant les personnes de descendance caraïbe à revenir et à s'impliquer davantage dans le développement de la communauté des Premiers Peuples. 

Jennifer Cassar est décédée le 19 juillet 2018 et a été remplacée par Nona Lopez Calderon Galera Moreno Aquan.

 

Alonso Muenala Lema

Lieu de naissance : Peguche (Équateur)
Date de naissance :
8 février 1933

Alonso Muenala Lema

Par héritage de son père et de son grand-père, Alonso Muenala Lema a appris l'art du tissage textile dès son plus jeune âge ; des compétences familiales et communautaires qui l'ont amené à faire des expositions à Quito et dans d'autres villes de l'Équateur, ce qui lui a permis de faire partie du projet de développement des arts dans ce pays, en premier lieu par l’intermédiaire de l’Institut équatorien de géographie et d’anthropologie puis à la Maison de la Culture équatorienne dans les années 1950. Il a développé le tissage de tapisseries aux motifs et dessins ancestraux. Maître du textile, il a enseigné sa connaissance du patrimoine du pays à de nombreux artisans, dont les autochtones Salasacas, qui ont profité pleinement de son savoir.

Alonso Muenala Lema a été Mindalae (marchand) dès son plus jeune âge. Il a été l'un des premiers Kichwa d'Otavalo qui ont voyagé à partir de 1959 avec les arts textiles d'Otavalo au Mexique, aux États-Unis et en Europe. Parallèlement, il a toujours cultivé la musique et, dès son plus jeune âge, il a formé des trios et des ensembles de musique autochtone, créole et traditionnelle, ce qui l'a amené à se produire sur des scènes importantes du pays, ainsi qu'aux États-Unis et en Europe. Il est décédé le 8 août 2020.

 

Elba Perez Vda. de Ezquina (veuve)

Lieu de naissance : Commune de Santo Domingo de Guzmán, Département de Sonsonate (El Salvador)
Date de naissance :
13 août 1945

Elba Perez Vda. de Ezquina

Née dans une famille autochtone. Sa mère, sage-femme et experte en médecine naturelle, lui a transmis son savoir et l'a accompagnée tout au long de sa vie.

Dirigeante historique de l'Association autochtone nationale d’El Salvador (ANIS), la première association autochtone d’El Salvador apparue dans les années 1970, où elle a occupé le poste de directrice. Elle a été reconnue comme représentante des femmes autochtones à El Salvador dans divers forums internationaux.

Le 16 septembre 1998, dans le cadre d'un acte de harcèlement contre l'association ANIS, suite aux campagnes menées par celle-ci pour obliger les autorités salvadoriennes à indemniser les victimes du massacre de Las Hojas (massacre de 1983), et aussi pour son travail sur les questions liées à la propriété foncière, elle a été faite prisonnière avec son compagnon de vie et leader spirituel de l'association, M. Adrián Esquino Lisco. Tous deux sont libérés grâce à l'intervention rapide d'organismes internationaux tels qu'Amnesty International.

Elba est une chanteuse-compositrice dans sa langue maternelle, le náhuat, et une artisane de l'argile, un héritage également transmis par sa mère.

Elle est membre Groupe multisectoriel des peuples autochtones depuis sa création et a participé à la construction de la première politique publique pour les peuples autochtones dans son pays. 

 

Samuel Márquez

Lieu de naissance : Cacaopera, Département de Morazán (El Salvador)
Date de naissance :
17 février 1989

Samuel Márquez

Possède des connaissances traditionnelles de la médecine traditionnelle en raison de son héritage familial ; son arrière-grand-mère était un médecin traditionnel, sa grand-mère était sage-femme et médecin traditionnel, et c'est elle qui lui a inculqué la plupart de ses connaissances.

Il a commencé à travailler pour les peuples autochtones, en particulier pour la communauté de Kakahuira en 2006 lorsqu'il a visité des communautés. Il a commencé à renforcer son travail avec les communautés en 2012, en œuvrant pour l'unification, la reconnaissance et l'autodétermination des peuples Lenca et Kakawuira, et a commencé à travailler pour que la population se reconnaisse, notamment auprès des jeunes et des enfants, afin qu'ils puissent transmettre leur culture et le patrimoine ancestral de leur peuple à leurs aînés.

En 2015, a participé à la réalisation de consultations avec les communautés pour rédiger l'ordonnance municipale autochtone de Kakawuira, qui a été approuvée en 2019 avec l'ensemble du conseil municipal et le conseil autochtone. 

En tant que guide spirituel, il a été ordonné prêtre autochtone en 2012.

Il a travaillé sur des programmes télévisés sur TRV dans l'est du pays pour faire connaître le peuple Kakawuira. A participé au recensement de la FAO pour l'auto-reconnaissance. Aujourd'hui, il continue à œuvrer pour le renforcement des connaissances traditionnelles et pour l'auto-reconnaissance de son peuple.  

 

Tomas Ruiz

Lieu de naissance : Chinandega (Nicaragua)
Date de naissance :
10 janvier 1777

Tomás Ruiz

Prêtre et avocat nicaraguayen, d'origine autochtone, considéré comme un héros de l'indépendance de l'Amérique centrale.

Il a commencé ses études au collège Tridentino de San Ramón dans la ville de León (Nicaragua), dont le point culminant a été l'obtention d'un diplôme avec mention à l'université de San Carlos du  Guatemala. Il a été le premier autochtone d'Amérique centrale à obtenir un diplôme universitaire.

Il a habité au Guatemala et s’est distingué en se mettant au service de la cause indépendantiste. Sa participation au processus d'indépendance de l'Amérique centrale a commencé en décembre 1813, lorsqu’il a mené la célèbre conspiration connue sous le nom de Conjura de Belén.

Il a été capturé dans la nuit du 1er décembre et a connu la prison pendant cinq ans. Libéré en 1819, il a rejoint San Cristóbal de las Casas, dans le Chiapas, où il est mort des suites des humiliations et des tortures subies en prison. On ne sait pas où il est enterré.  

 

Florencio Mes

Lieu de naissance : Toledo, Belize
Date de naissance :
February 23, 1938

Florencio Mes

Florencio Mes is a Mayan harpist and traditional musician from Belize.

During most of his childhood he grew up under care of his elder brother in San Pedro Columbia, where he currently resides.

During his youth, young Florencio enjoyed the village fiestas. He recalls seeing Mr. Fernando Ash, fingers moving a traditional harp as a festive crowd danced to its reverberating sounds.

It took six years of apprenticeship for Florencio to acquire the skills of the revered harp musician. He first learnt the bass, then the guitar, thereafter the violin and finally the harp itself.

Florencio founded his first group with Martin Coc on violin, Valentino Teul on bass, the late Francisco Sam on guitar and Florencio himself on harp.

Florencio is now the undisputed musician for the village fiestas. His unique aura of constructing, playing and dancing the harp has made Florencio locally and internationally recognized. He has become an icon and master of Maya harp music, captivating a large audience at the local, national, and international level.

 

Julian Armando Cho

Lieu de naissance : San Jose, Belize
Date de naissance :
April 6, 1962

Julian Armando Cho

Julian Armando Cho was a Belizean indigenous rights advocate. He joined the Toledo Maya Cultural Council (TMCC), a group working for the indigenous people of the Toledo District and was a force for indigenous rights. Julian also mobilized his people into functional groups, inspiring the formation of The Toledo Alcaldes Association (TAA), and the Toledo Maya Women’s Council.

On December 3rd 1995, he led a peaceful demonstration march to voice the indigenous people concerns over the granting of logging concessions on indigenous lands.

He was able to mobilize and influence communities and develop strong affiliation with the Indian Law Resource Center (ILRC) which enabled him to effectively present the indigenous agenda to Belize and initiated the production of a Maya Atlas.

On November 25th 1998, the government of Belize signed a Memorandum of Understanding to negotiate a solution to the Maya land rights struggle.

Cho’s untimely death in December, 1998 was a huge loss to the Maya people and to the environment of southern Belize. He was posthumously awarded the James A. Waight Conservation Award for his tireless efforts.

 

 

 

José Francisco Calí Tzay

Embajador (Guatemala)
Relator Especial de las Naciones Unidas sobre los Derechos de los Pueblos IndĂ­genas.

 

Celio EfraĂ­n LĂłpez

Lieu de naissance : San Salvador, El Salvador
Date de naissance :
December 23, 1962

Celio EfraĂ­n LĂłpez

Celio Efraín López was born on December 23, 1962 to a family of Moors and Christian dancers from San Antonio Abad.

Since 1981, he has dedicated himself to the study and research of the dances of Moors and Christians, and two years later he began teaching them and, to date has continued to do so.

Since then, the native people of San Antonio Abad have recognized him as the new teacher of the traditional dances of the town, which include children, young people and older adults. He is well known for the carving of indigenous masks, turbans and musical instruments, and has been recognized both nationally and internationally for his skill.

He is a teacher of the following dances: Moros y Cristianos, Torito Pinto, Cuche de Monte, Danza El Venadito, and Pastorelas.

He is dedicated to teaching the new generation the art forms of dance and mask making.

 

 

 

"Mama" Martha Cabrera Cabrera

Jatun Ayllu Yura Parcialudad Urinsaya Wisijsa
NaciĂłn Qhara Qhara (Potosi, Bolivia).

 

Fernando Daquilema

Lieu de naissance : Chimborazo, Ecuador
Date de naissance :
June 5, 1848

Fernando Daquilema

Fernando Daquilema was an important indigenous leader of the Puruhá people, of Ecuador.  At the young age of twenty-three, he fought for the rights of indigenous peoples and was one of the most important figures in the indigenous rebellion of Chimborazo in 1871.

During that time there were large estates where many indigenous people labored and were overexploited through subsidiary work and forced to work in the public sphere without remuneration. They were also obligated to provide tithes and first fruits. In this context, the Puruhá community of Chimborazo organized itself, and through collective decisions began the indigenous uprising of 1871, led by Fernando Daquilema. The indigenous mobilization began in the community of Cacha and spread to other areas, forming an army with thousands of women and men who confronted the government of García Moreno. The repression by the National Guard caused a violent confrontation.

Fernando Daquilema died after he was shot in Yaruquí Central Square on April 8, 1872. Thus, the struggle, tenacity and courage of Daquilema has become a historical reference for advancements for indigenous communities.

 

Heritage Minute: Kenojuak Ashevak

A founding member of Cape Dorset’s famed printmaking co-op, Kenojuak Ashevak introduced Inuit art to the world (1927-2013).

Heritage Minute courtesy of Historica Canada
(English | Français).

 

Miguel Tankamash

Lieu de naissance : Arapicos, cantĂłn Morona, Ecuador
Date de naissance :
October 29, 1939

Miguel Tankamash

Miguel Tankamash hailed from Arapicos, Morona Canton, from the town of Palora in the Ecuadorian Amazon.

He was a leader of the Shuar Nationality who became a symbol of struggle, resistance and courage. Tankamash founded the Interprovincial Federation of Shuar Centers (FICSH), as well as the Confederation of Indigenous Nationalities of the Ecuadorian Amazon (CONFENIAE) and the Confederation of Indigenous Nationalities of Ecuador (CONAIE)

Miguel Tankamash played a fundamental role for the Amazon peoples to become engaged in the political, economic and social sphere of the Ecuadorian State. His struggle became an example for other nationalities and indigenous organizations.

His loyalty and firmness when called upon to defend his nationality were among his essential traits. His leadership as the first president of CONAIE allowed him to advance in the fight to recognize and to guarantee the rights of the peoples and nationalities of Ecuador.

Miguel Tankamash passed away on October 27, 2018.

 

 

 

Ricardo Delgado

Indigenous PemĂłn ethnic group from Gran Sabana, BolĂ­var, Venezuela.

 

Alonso GarcĂ­a Quele

Lieu de naissance : Izalco, Sonsonate, El Salvador
Date de naissance :
January 23, 1953

Alonso GarcĂ­a Quele

Since 1991, Alonso Garcia Quele has served as a steward and elder of the indigenous community of Izalco as a result of the Consuetudinary Law, which has been passed on within indigenous communities through the elderly brotherhood.

He was part of the Izalco Cultural Rescue Committee, where he dedicated himself to the recovery of the elderly brotherhood and the Communal City Hall, the only form of traditional government that is preserved from the indigenous community today.

In April 2001 he was appointed Steward of the Greater Brotherhood of the Eternal Father, where he has restored the Seed Ritual, namely the Blessing and the Harvest Ceremony.

In his role as Mayor of the Izalco Indigenous Community, he strives for the unity of the indigenous community, acting as a mediator in conflicts that arise.

He has compiled and transmitted the oral tradition of his people, the events of 1932 and the indigenous uprising.

In 2006 he was part of a committee of noteworthy individuals, both nationals and foreigners, in the formation of the "National Commission for the Establishment of Historical Truth of the 1932 Genocide".

 

Benito Pablo Juárez García

Lieu de naissance : San Pablo Guelatao, Oaxaca state, Mexico
Date de naissance :
March 21, 1806

Benito Pablo Juárez García

Benito Pablo Juárez García was a distinguished Zapotec indigenous, Mexican politician and lawyer.

As Governor of Oaxaca, Benito Juárez underscored the customs of governments and of the region. As President of the Supreme Court of Justice of the Nation, he defended the Constitution of 1857; subsequently he held the Presidency of Mexico from 1858 to 1872, a period in which he promoted the Reform Laws, and the foundation on which the secular State and the Federal Republic in Mexico are founded.

Also known as the Benemeritusof the Americas, for his fight against the French invasion, Benito Juárez adopted the foreign policy principles of the defence of national sovereignty: the people’s right to self-determination; the equality of states; foreign non-intervention, through his wise words: "Among individuals, as among nations, respect for the rights of others is peace."

In historiography, he is recognized as the principal figure of 19th century Mexican liberalism.

 

 

 

Amalia Tello Torralba

Originally from San MartĂ­n Duraznos, Juxtlahuaca, Oaxaca, Mexico. She is a member of the Civil Association Naxihi na xinxe na xihi ("Women in Defense of Women").

 

Ologwagdi (Armando José Díaz Rivera)

Lieu de naissance : Colon, Panama
Date de naissance :
June 17, 1953

Ologwagdi (Armando José Díaz Rivera)

A member of the Guna ethnic group, Ologwagdi is a visual artist, portraitist, cartoonist and illustrator, with an artistic career of 53 years and specialization in children's and youth art.

Since 1972, he has produced a large catalogue of drawings of texts, poems, stories, book and magazine cover designs, both nationally and internationally. Ologwadgi has received 14 awards in painting, crafts, posters and illustrations for children and youth books.

He was selected by the Ministry of Education to artistically interpret the necessary modifications to the National Coat of Arms of the Republic of Panama, creating the reference coat of arms to coincide with the original from 1904. On November 2019, he was appointed as an art expert in the National Commission on National Symbols.

He is a cultural activist and a promoter of Guna children's art.

 

 

 

Vladimir Inuma

Shipibo-Konibo indigenous community leader, Cantagallo, Peru.

 

 

 

Alejandro Neyra Sánchez

Minister of Culture of Peru.

 

 

 

Patricia Velásquez

OAS Goodwill Ambassador for the Rights of Indigenous Peoples.