Centre de médias

Communiqué de presse


COMMUNIQUÉ DE LA MISSION SPÉCIALE DE L’OEA SUR LES ÉVÈNEMENTS RECENTS EN HAITI

  25 novembre 2002

Port au Prince

La Mission Spéciale a surveillé de près les évènements des dix derniers jours et apporte les observations suivantes sur certains points:

· La Mission se réjouit du fait que les négociations avec le Gouvernement d’Haïti ont mené le 15 novembre à une conclusion satisfaisante sur les quatre premiers termes de référence pour une assistance technique au Gouvernement, dans les domaines des Élections, de la Sécurité des Élections, de la Professionnalisation de la Police, et du Désarmement. Elle a pris note avec satisfaction que, peu après, cinq des entités qui doivent nommer des représentants au Conseil Électoral Provisoire (CEP), ont transmis les noms de leur représentant au Président de la République, bien qu’à titre conditionnel.

· La Mission constate que les évènements au Cap-Haïtien du 16 au 18 novembre se sont déroulés en général de façon démocratique de part et d’autre, avec une présence policière appropriée à la situation, fournissant ainsi un modèle encourageant pour le processus démocratique en Haïti pendant la période électorale à venir. Il importe de maintenir le respect pour la diversité de l’opinion politique aussi après les évènements et manifestations politiques, et qu’il n’y ait pas de représailles ni de menaces contre ceux qui y auraient participé ou contre ceux qui auraient couvert les évènements pour la Presse.

· La Mission a été alarmée par les incidents violents à Petit-Goâve le 20 novembre, et déplore que la Police ait utilisé ses armes à feu dans les circonstances, et que des personnes ont été blessées. Cet incident renforce la nécessité de veiller à la gestion et à la formation de la Police Nationale d’Haïti, ainsi qu’aux autres éléments de sa professionnalisation.

· La Mission est surprise qu’aux Gonaïves un inculpé, Amiot Métayer, qui s’est échappé violemment de prison le 2 août en compagnie de 158 autres prisonniers dont la plupart sont toujours en liberté, ait pu, entre autres choses, le 21 novembre 2002, forcer un nombre de journalistes à se réfugier, sans réaction connue des autorités.




· Enfin, la Mission prend note des évènements extraordinaires du 22 novembre à Port-au-Prince, où des barricades et des pneus enflammés, stratégiquement distribués, ont disloqué la vie de la capitale d’Haïti. La manifestation d’appui à un point de vue particulier est certes protégée par les normes démocratiques. Cependant, toute manifestation doit être faite conformément à la loi et en respect des droits et de la sécurité des autres. Contrairement aux évènements du Cap-Haïtien, il y avait très peu de policiers en évidence. Les autorités ne semblaient pas faire d’efforts pour ouvrir les routes ni appréhender ceux qui étaient responsables d’actes illégaux.

Les Conventions de l’OÉA et la Charte Démocratique s’appliquent également à tous les états membres et à chaque individu au sein de ses états membres. La Mission fait appel au calme, à tous les Haïtiens et à toutes les Haïtiennes, et surtout à ceux en postes de responsabilité, que ce soit au Gouvernement, de l’opposition, ou de la société civile, afin de s’assurer dans cette situation critique que leurs rivalités politiques, normales dans toute démocratie, n’entraînent des craintes de violence ou d’intimidation de part ou d’autre, évitant de faire ou d’accepter la provocation.

La Mission reste convaincue que le choix optimal pour tous, à présent, est la formation d’un CEP crédible et efficace dans les meilleurs délais, afin de tenir des élections équitables et honnêtes en 2003; et ainsi d’encourager la poursuite du développement démocratique, économique et social dans l’intérêt du peuple haïtien, avec le libre support de la communauté internationale.

Référence : HAI112502F