12/1/2021
English Español Português

 

 

Coopération pour la sécurité du continent

 

Introduction

 

À l’article 2 de la Charte de l’Organisation des États Américains, les États membres proclament que l’un des objectifs essentiels de l’Organisation est de «garantir la paix et la sécurité du Continent».

Depuis 1991, l’Assemblée générale a adopté toute une gamme de résolutions sur la coopération pour la sécurité continentale, qui comprennent les diverses dimensions de la sécurité continentale. Dans la résolution 1123 de cette année là, l’Assemblée générale a établi le cadre de coopération dans le Continent américain en déclarant que : «la situation internationale favorise l’adoption de mesures visant à garantir la sécurité continentale, à renforcer le processus démocratique dans tous les États membres et à consacrer le plus fort volume de ressources au développement économique et social»;….et que «l’adoption de telles mesures exige des mécanismes de consultation mutuelle et des échanges d’information régionale qui facilitent l’établissement d’un climat de stabilité institutionnelle, de progrès et de confiance».

L’Organisation a reconnu que «la paix n’est pas simplement l’absence de la guerre, mais qu’elle implique l’interdépendance et la coopération qui encouragent le développement économique et social ; et qu’en outre le désarmement, la limitation des armements, les droits de l’homme, le renforcement des institutions démocratiques, la protection de l’environnement et l’amélioration de la qualité de la vie de tous, sont des éléments indispensables à l’instauration de sociétés démocratiques, pacifiques, et plus sûres».

Dans ce cadre, l’Organisation a souligné les contributions régionales à la sécurité mondiale, la nécessité d’élargir le dialogue sur la coopération dans les domaines de la paix, de la confiance et de la sécurité entre les nations du Continent américain et a recommandé d’entreprendre rapidement un processus de consultation en vue de progresser dans la limitation et le contrôle des armes classiques.

L’Assemblée générale a considéré le Traité de Tlatelolco (espagnol / anglais) comme une mesure de coopération pour la sécurité puisqu’il constitue l’une des contributions les plus importantes au droit international et aux efforts incessants déployés pour éviter la prolifération des armes nucléaires et garantir la paix et la sécurité internationales. Ce Traité est devenu un modèle pour l’établissement d’autres zones libres d’armes nucléaires dans différentes régions du monde, telles que celle du Pacifique Sud (Traité de Rarotonga) (espagnol / anglais), celle du Sud-Est asiatique (Traité de Bangkok) (anglais) et celle de l’Afrique (Traité de Pelindaba) (anglais), qui, une fois ces traités en vigueur, couvriront plus de la moitié des pays du monde et la totalité de l’hémisphère sud.

De même, par sa résolution «Confiance mutuelle dans les Amériques» AG/RES.1500 (XXVII-O/97), l’Assemblée générale a chargé le Conseil permanent d’examiner l’opportunité d’approuver un cadre juridique sur le thème de la notification anticipée des acquisitions d’armements importants, qui est envisagée dans le Registre des armes classiques des Nations Unies. Dans cette perspective, l’Assemblée générale a adopté en 1999 la Convention interaméricaine sur la transparence de l’acquisition d’armes classiques.

 


Copyright © 2021 Tous droits réservés. Organisation des États Américains