Organization of American States
www.oas.org

 

 

INTER  -  AMERICAN   COMMISSION  ON  HUMAN  RIGHTS  
COMISION  INTERAMERICANA  DE  DERECHOS   HUMANOS
COMISSÃO   INTERAMERICANA  DE  DIREITOS   HUMANOS
COMMISSION INTERAMÉRICAINE DES DROITS HUMAINS

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

LA COMMISSION INTERAMÉRICAINE DES DROITS HUMAINS
EST PRÉOCCUPÉE PAR LA VIOLENCE QUI RÈGNE EN HAÏTI

Nº 34/01

 

Le Secrétaire exécutif de la Commission interaméricaine des droits humains (CIDH), le Dr Santiago A. Canton, a condamné énergiquement la situation de violence qui règne en Haïti, par suite de l’attaque armée perpétrée contre le Palais national à Port-au-Prince le 17 décembre 2001 qui a occasionné 5 morts et plusieurs blessés. Selon plusieurs sources, par suite de cet événement, plusieurs personnes, des membres des partis d'opposition ainsi que des journalistes et des stations de radio et de télévision ont été la cible de cette violence. 

Le Secrétaire exécutif de la CIDH a souligné "la nécessité de restaurer un environnement démocratique en Haïti,  et a réitéré l'importance de l'État de droit".  Pour faire face aux défis de la construction de la démocratie, il est impératif que tous les secteurs de la société puissent participer à la tâche de la renforcer sans risque de représailles.  Le Secrétaire exécutif réitère sa répudiation de tout acte qui met en péril l'intégrité des personnes. “La démocratie doit se construire dans un climat de tolérance et participation de tous les secteurs de la société,” a déclaré le Dr Canton.  

De même, le Secrétaire exécutif de la CIDH appelle l'État haïtien à prendre des mesures nécessaires pour protéger les personnes, et à ouvrir une enquête sur les faits décrits, en vue de traduire en justice et punir les responsables de ces actes avec les garanties voulues, dans un délai raisonnable, par un juge ou un tribunal compétent, indépendant et impartial, établi antérieurement conformément à la loi, qui décidera du bien-fondé de toute accusation en matière pénale. La Convention américaine relative aux droits humains, dont l'État haïtien est partie, souligne que les Etats ont le devoir de prévenir et de sanctionner, à la suite d’une enquête dûment menée, toute violation des droits reconnus dans cet instrument. Les États ont pour devoir de prévenir et de sanctionner les auteurs de ces actes, après une enquête dùment menée, et de garantir aux victimes les réparations appropriées. 

La CIDH est un organe autonome de l'OEA qui est chargé de la promotion et  et de la protection des droits humains dans le Continent américain. Les sept membres de la Commission sont élus a titre personnel par l'Assemblée générale de l'Organisation des États Américains (OEA), pour une période de quatre ans.  Les attributions de la CIDH dérivent  fondamentalement de la Convention américaine relative aux droits humains et de la Charte de l'OEA, instruments ratifiées par la République d'Haïti.   

Washington, D.C., le 19 décembre 2001